Les villes à éviter pour un Pinel réussi

Le dispositif Pinel, qui permet d'investir dans l'immobilier neuf tout en réduisant ses impôts, est un grand succès. Mais attention aux mauvaises surprises si l'offre de logements est supérieure à la demande. Une étude identifie 64 villes à risque, dont 39 sont à éviter. Le problème est que lorsqu'il y a plus de logements à la location que de locataires, les prix peuvent s'effondrer. Et c'est exactement ce qui s'est passé dans bon nombre des villes visées par l'étude. Dans certains cas, la chute des prix a atteint 30 %. Donc, si vous envisagez d'investir dans un bien immobilier par le biais du dispositif Pinel, veillez à faire vos recherches au préalable et à identifier les villes où la demande de logements est forte. Sinon, vous risquez de vous retrouver avec un investissement qui perd rapidement de la valeur.

Si les grandes villes ont toujours une forte demande de biens à louer, il n'en va pas de même pour les petites villes. En fait, vous pourriez être surpris de constater qu'il y a très peu de demande de location dans les petites villes. Cela s'explique par le fait que l'offre de logements est beaucoup plus élevée que la demande. Donc, si vous envisagez d'investir dans un bien locatif dans une petite ville, vous devriez y réfléchir à deux fois. Vous pourriez vous retrouver avec un appartement vacant dont vous n'arriveriez pas à vous débarrasser !

39 agglomérations à éviter et 25 à surveiller

Le Laboratoire de l'Immobilier a identifié 64 villes "à risque" pour un investissement Pinel. 39 d'entre elles sont classées dans la catégorie "à éviter". Bourg-en-Bresse, Vichy, Troyes, Angoulême, Dinan, Saint-Brieuc, Périgueux, Valence, Béziers, Montbéliard, Chartres, Pau, Vienne, Saint-Étienne, Roanne, Cherbourg-Octeville font partie des villes à éviter. Ces villes ont été identifiées en raison de plusieurs facteurs, notamment la situation économique de la ville, la qualité de vie, le taux de criminalité et l'attractivité de la ville. Le Laboratoire de l'Immobilier conseille aux investisseurs d'éviter ces villes lorsqu'ils envisagent un investissement en Pinel.

Les autres communes ont été répertoriées dans la catégorie à « surveiller ». Parmi elles : Perpignan, Poitiers, Carpentras, Cluses, Colmar, Arras, Sisteron, Gap, Quimper, Alès, Angers, Laval ou encore Metz.

Image d'illustration sur Carte des Zones Pinel

Prudence pour ne pas perdre l’avantage fiscal !

Il est essentiel de réaliser une étude de marché avant d'investir dans un bien immobilier, aussi tentante que soit la carotte fiscale. En connaissant les prix des loyers et la valeur des biens immobiliers dans la région, vous saurez mieux si l'investissement en vaut la peine. Il est également essentiel de visiter les lieux afin de vous faire une idée du quartier et de voir s'il s'agit d'un endroit où vous voudriez vraiment vivre. Trop de gens ont fait l'erreur d'investir dans un bien immobilier sans rien savoir du quartier, pour finalement découvrir que ce n'était pas ce qu'ils attendaient. Faire preuve de diligence raisonnable avant d'investir est le meilleur moyen d'éviter toute surprise en cours de route.

L'exonération fiscale est une incitation populaire pour les personnes qui cherchent à investir dans l'immobilier, et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi. Qui ne voudrait pas économiser de l'argent sur ses impôts ? Il convient toutefois d'être prudent lorsqu'on investit dans un bien immobilier à des fins d'exonération fiscale. Dans certains cas, les gens ont surpayé le bien, pensant qu'ils obtiendraient un énorme retour sur investissement alors qu'en réalité le bien ne vaut pas autant que ce qu'ils ont payé. Le meilleur moyen d'éviter cela est de faire des recherches et de s'assurer que l'on sait dans quoi on s'engage avant de prendre une décision.